15/03/2021

Contribution du Partido Obrero (Argentine) à la conférence de L’Etincelle

Camarades de L’Etincelle:

Nous vous envoyons ces lignes pour contribuer au débat que vous développerez ce samedi et dimanche lors de la Conférence tenue par votre organisation.

[Versión en español]

Les propositions que nous faisons ici ne sont pas nouvelles, puisque nous avons eu des entretiens en face à face entre les délégations de nos deux organisations, qui ont conduit à l’élaboration de documents qui ont été échangés: sur l’équilibre de l’intervention dans les syndicats et sur les «partis politiques» larges »et le NPA. Le document que vous nous avez envoyé simultanément a été traduit en espagnol et publié à la connaissance de tous nos membres. Parallèlement à cela, nous avons publié divers articles faisant référence à la crise du NPA et du PSOL au Brésil, dont plusieurs sont inclus dans un livre spécial que nous avons édité avec un bilan de la première conférence latino-américaine tenue l’année dernière, dans laquelle le La question des larges partis et la stratégie de la gauche par rapport à la bataille pour la construction des partis révolutionnaires occupent une place de premier plan.

Par conséquent, nous n’avons pas l’intention ici de réitérer des positions déjà écrites et que vous connaissez depuis des mois, mais de faire un bref résumé et de les mettre à jour.

1) L’expérience du NPA et des «lpartis larges» prônés par le Secrétariat unifié (SU) a abouti à un effondrement total. Aujourd’hui, le NPA, après 13 ans de «développement», est au bord d’une implosion totale. Cela soulève la nécessité de faire le point, non de le «reconstituer» sur les mêmes bases sur lesquelles il s’est formé, mais vers l’avenir. Le NPA est né de l’auto-dissolution de la LCR et de sa démission pour lutter sous la stratégie de la révolution socialiste et de l’établissement de la dictature du prolétariat (gouvernement ouvrier).

2) L’abandon de la stratégie révolutionnaire a également conduit à l’abandon de la lutte pour la construction d’un parti révolutionnaire. Un parti organisé selon les principes du centralisme démocratique pour mener une lutte unifiée contre le capital. Le NPA est né contre cette conception du parti, favorisant la formation d’un «large» groupe, de «tendances». Comme vous le savez, un parti révolutionnaire centralisé, préparé à l’action, est un parti à la vie démocratique interne intense dans laquelle sont débattues les orientations à suivre systématiquement et qui tient des congrès périodiques où des «tendances» peuvent se constituer mais où il culmine en une orientation votée par la majorité et suivie par la minorité. Mais – comme nous l’expliquons dans les documents envoyés – ces tendances ne sont pas organiques, elles ne sont pas permanentes, mais elles se forment et se dissolvent face à des divergences différentes.

3) Il n’y a pas de mouvement révolutionnaire, sans théorie révolutionnaire. Et cela ne peut aboutir sans la constitution du parti qui l’exécutera.

4) Dans le NPA, chaque tendance intervient en permanence de manière autonome et dans une large mesure avec ses propres orientations. Ce n’est pas un parti pour l’action. La définition programmatique et organisationnelle sur la base de la constitution du NPA le prépare à mener non seulement des orientations démocratisantes et frontistes populaires, mais surtout électorales. Ce dernier est le terrain privilégié de l’intervention du NPA, terrain sur lequel il a même été conduit à adopter des positions opportunistes (soutien indirect à Macron lors des élections de mai 2017, listes communes avec France Insoumise à Bordeaux, etc.)

5) Intervenir dans la crise sans retour du NPA oblige de présenter un bilan sur la nécessité de former un parti de combat révolutionnaire, centraliste démocratique, avec une stratégie déclarée de lutte pour un gouvernement ouvrier.

6) Une question centrale car on discute de la politique électorale à adopter lors des prochaines élections nationales à la présidence. Un élément qui a accéléré la tendance à imploser du NPA est le fait qu’un secteur important de sa direction est orienté vers la formation d’un «Front» avec ces secteurs du centre-gauche et du front populaire. Vous vous êtes opposé à cette orientation. Aux élections municipales de Bordeaux, L’Etincelle s’est prononcé contre un front électoral avec France Insoumise, qui était la ligne imposée par la majorité. Nous sommes confrontés à un véritable virage , qui met au plus chaud la nécessité d’ouvrir une nouvelle voie politique et d’avancer dans la construction d’un parti révolutionnaire.

7) Nous pensons qu’il est nécessaire de partir de la centralité de la crise capitaliste mondiale. Ce n’est pas un produit de la pandémie et ne commencera pas à être surmonté lorsque le monde sortira de ce fléau. Bien que le virus corona puisse avoir initialement quelque peu léthargisé la tendance des rébellions populaires contre les plans d’ajustement du FMI, de la Banque européenne et des gouvernements capitalistes; l’exacerbation des conflits de classe ne se produira pas tant qu’elle ne sera pas terminée. La pandémie a accéléré les inégalités sociales et est elle-même devenue la cause de nouvelles crises politiques, de l’éclatement de mobilisations populaires, etc. En témoigne le soulèvement populaire qui vient d’avoir lieu au Paraguay, dont l’étincelle a été la débâcle du système de santé à la suite de la négligence capitaliste du gouvernement bourgeois.

8) Il ne s’agit pas seulement d’un phénomène de pays arriérés et semi-coloniaux. Il ne fait aucun doute qu’il a été un élément accélérateur des mobilisations aux États-Unis et de la défaite électorale de Trump. L’épicentre de la crise économique mondiale, de la crise sanitaire et de la tendance à la rébellion de masse est au cœur du système impérialiste, aux États-Unis. Bien que la droite yankee conserve une force importante, Trump a été vaincu et a perdu le pouvoir. Et partout dans le monde, les gouvernements de droite sont acculés par la tendance aux soulèvements populaires. Sur notre continent, cela est attesté par les rébellions au Chili, en Bolivie, en Équateur, en Haïti, au Paraguay, etc. tous contre les gouvernements de droite.

9) Ce qui caractérise la situation de manière générale n’est donc pas la force de la droite mais le rôle de confinement des masses que les dirigeants politiques et syndicaux ont rempli, politiquement enrôlés derrière le soi-disant progressisme ou nationalisme bourgeois. La politique et les fronts de la collaboration de classe ont joué un rôle de plus en plus important dans le maintien de l’édifice capitaliste en difficulté. Dans notre continent latino-américain, la débâcle de la droite essaie d’être canalisée par la soi-disant «Rencontre de Puebla» formée par les partis nationalistes bourgeois. La tendance qui commence à percer est pour eux de prendre entre leurs mains, dans le scénario convulsif et de crise actuel, l direction politique du pays.

La gauche révolutionnaire devrait intervenir pour créer une alternative d’indépendance de classe au niveau continental. C’est la tâche que nous nous sommes fixé lorsque nous avons convoqué et tenu la première Conférence de la gauche latino-américaine et des États-Unis l’année dernière. Ce qui prévaut, cependant, c’est la pudeur de la gauche qui se prétend révolutionnaire, qui tend à former des fronts avec le centre-gauche, agit comme un fourgon de queue du nationalisme bourgeois et s’oriente vers des politiques de collaboration de classes (Pérou et front,large, Brésil et PSOL, États-Unis et DSA, etc.). Plus que jamais, le présent et l’avenir de la gauche, comme en témoigne la Conférence latino-américaine, tournent et dépendent de la stratégie qui doit guider ses actions.

10) La construction d’un parti politique révolutionnaire ouvrier, audacieux dans l’intervention de la lutte politique et de classe, ne présuppose pas un refus de promouvoir des fronts de lutte unique dans tous les domaines possibles (y compris électoral) parmi les différents courants qui prétendent chercher des alternatives d’indépendance de classe. Chaque pas en avant du véritable mouvement de lutte des travailleurs est positif. A condition que cela se fasse à partir d’une délimitation politique claire et de la construction permanente du parti révolutionnaire. Telle a été notre expérience avec la formation du Front de gauche (FIT) en Argentine et avec la réalisation de la première Conférence latino-américaine de la gauche.

11) La crise capitaliste mondiale et la tendance à l’ explosion de rébellions populaires accélèrent la nécessité de susciter la construction d´un parti mondial de la révolution, une Internationale Révolutionnaire. Cela fait partie pour nous de la refondation de la IV Internationale. La SU, qui a toujours revendiqué ce rôle, est devenue une «organisation» antirévolutionnaire et, dans de nombreux cas, une contre-révolutionnaire. Une organisation liquidationniste des travailleurs et des forces de gauche qui cherchent la voie de l’indépendance de classe.

Notre Parti, face à l’émergence de rébellions croissantes sur notre continent, s’est lancé dans une campagne pour une convocation commune d’une nouvelle, une deuxième Conférence de la gauche et du mouvement ouvrier militant d’Amérique latine et des États-Unis. Ce serait une étape importante pour le regroupement indépendant et de classe des organisations et des courants qui luttent contre l’ajustement capitaliste qui tente de décharger la crise sur les masses ouvrières et exploitées. Le développement d’une alternative ouvrière continentale non seulement contre les gouvernements bourgeois de droite, mais aussi contre la nouvelle prétention posée par le nationalisme de centre-gauche et bourgeois à la radicalisation et à la mobilisation indépendante et révolutionnaire des masses. Nous vous invitons à établir une position de soutien à cette initiative.

Leur développement créera également de meilleures conditions pour le développement de la quatrième internationale.

12) Nous reconnaissons dans L’Etincelle une organisation militante qui travaille dur au sein de l’avant-garde ouvrière. C’est pourquoi nous avons établi des relations avec vous et développé des tâches de propagande communes. Le but de cette Contribution (déjà longuement développée dans les documents présentés l’année dernière) est de collaborer à l’élaboration d’une politique révolutionnaire pour la France.

Avec nos salutations militantes

Commission internationale du PARTI OBRERO (Argentine)